Les fois où Klassroom m’a sauvée

Depuis que je suis titulaire de ma classe en 2018, j’utilise l’application Klassroom pour communiquer avec les parents. La première année, j’ai tâtonné avec les parents, ne sachant pas vraiment s’ils allaient apprécier ou si j’allais réellement l’utiliser. A la rentrée suivante, j’ai décidé d’abandonner définitivement le cahier de liaison pour n’utiliser que Klassroom comme outil de communication avec les familles et j’en ai profité pour convertir mes collègues.

C’est aujourd’hui ma troisième année consécutive avec l’application, elle m’a aidée à plusieurs reprises que ce soit avec ma casquette d’enseignante ou de directrice. J’avais envie de vous présenter cet outil sous un nouvel angle, alors je vous présente toutes les fois où Klassroom m’a sauvée.

La fois où j’ai oublié d’annoncer une sortie scolaire

Ayant des CE2-CM1 et plus de cahier de liaison, je passe beaucoup par l’oral avec mes élèves pour leur annoncer tel ou tel événement. Je me dis ensuite que je vais doubler avec un mot sur Klassroom dans la journée. Et souvent… j’oublie. Parce que mes journées passent à mille à l’heure et que je ne me pose jamais.

Cette fois-là, c’était pour aller à la bibliothèque. Avec l’école, nous y allons à peu près tous les mois. Les élèves empruntent un livre, nous y passons un moment et la fois suivante ils ramènent le livre pour en prendre un autre (le principe d’une bibliothèque quoi). Et la personne responsable me fait généralement passer les dates sur un semestre sur une feuille volante que je m’empresse de paumer, sinon c’est pas drôle.
BREF, nous devions nous rendre à la bibliothèque le lundi et le vendredi soir, après avoir dit au revoir à tous les monstres, éclair de lucidité : j’ai oublié de leur dire qu’ils devaient ramener leur livre pour lundi ! Dans ma tête, c’est le festival « tu vas encore passer pour une nouille auprès des partenaires avec qui tu bosses… ».
Ni une, ni deux, je poste un petit message sur Klassroom et l’oubli est oublié.

Conclusion : si je n’avais pas eu Klassroom, dans la salle de repos de la bibliothèque, les profs auraient encore pris cher.

La fois où un élève est arrivé en retard

Rien de bien grave, cela arrive souvent dans les écoles. Mais quand il s’agit de certains, il vaut mieux se méfier. En l’occurence, c’est un élève qui vient tous les jours seul à pieds à l’école et qui n’est JAMAIS en retard. Alors quand il arrive avec 15min de retard à l’école, je trouve cela étrange. Il me dit qu’il s’est réveillé en retard, qu’il n’a pas déjeuné… J’envoie un message à ses parents pour information via Klassroom : ça me prend dix secondes et ça n’empiète pas sur mon temps de classe.

Finalement, la maman me rappelle à la pause déjeuner : son fils est parti à l’heure comme tous les jours après son petit-déjeuner, il n’avait donc aucune raison d’arriver en retard à l’école. Le soir, nous en discutons tous les trois : il était bien parti 40min avant d’arriver à l’école, s’est baladé dans le village et on-se-sait-quoi. Il aurait pu se passer n’importe quoi. Nous en avons donc profité pour lui rappeler l’importance de ne pas s’arrêter, de ne pas parler aux personnes qu’il ne connaissait pas…

Si je n’avais pas eu Klassroom, aurai-je pris le temps d’appeler les parents pour leur dire que leur enfant était en retard ? Je ne sais pas, en tout cas niveau réactivité, on ne pouvait pas faire mieux !

Conclusion : si tu ne veux pas perdre tes élèves, télécharge Klassroom !

La fois où on a fait une bonne action

Grâce à Klassroom, je me permets de solliciter plus souvent les parents sur des actions menées par l’école. Depuis l’an dernier, nous nous engageons beaucoup plus auprès d’associations et nous avons donc besoin du soutien de toute la communauté éducative. Une information, ça se lit et ça s’oublie. Au mois de décembre, des parents d’élèves sont venus me voir pour me demander de diffuser un appel aux dons, celui du Secours Populaire. J’ai trouvé l’initiative super : le soir-même, je postais donc sur Klassroom. Le lendemain, un élève revenait déjà avec une boîte et puis… plus rien. Quelques jours avant la collecte, j’en ai parlé avec les élèves : je leur ai expliqué pourquoi cet appel aux dons, que fallait-il donner, etc. Je relance aussi les parents sur Klassroom. En trois jours, nous avons reçu presque 30 boîtes et divers objets à donner au Secours Populaire pour Noël (je suis dans une école de 42 élèves).

Conclusion : si les parents ne lisent pas les messages pour les devoirs, ils lisent au moins ceux pour les dons !

Les fois où j’ai eu les larmes aux yeux

J’ai une chance incroyable d’être dans une école formidable avec des élèves merveilleux et de supers parents. Je suis dans une petite école de village, avec à peine 45 élèves. Dès que je suis arrivée, il a été essentiel pour moi de créer un lien fort avec les parents. Dès ma première année, j’ai eu une classe géniale et j’ai eu la chance de garder certains de mes élèves une année de plus, quel bonheur !

Bien sûr, il y a des jours difficiles, des situations compliquées, les fois où l’on veut tout envoyer balader, les crises, le burn-out, les angoisses, les conflits avec les membres de l’équipe, les parents, la municipalité. Même dans un petit village, même avec 40 familles, on n’est pas épargné. Mais j’ai reçu tellement d’amour et de joie… ça me fait oublier tout le reste.

Je crois que Klassroom permet d’accroître ce lien fort qui peut exister avec certains parents et certains élèves. J’ai reçu des dizaines de message qui m’ont touchée, qui m’ont donnée les larmes aux yeux.

Conclusion : fais le stock de mouchoirs avant de télécharger Klassroom

Les fois où j’ai partagé mon univers

« Maitresse écolo » ça vient d’un surnom que les parents d’élèves m’ont donnée et que j’ai appris l’an passé. Avec mes idées farfelues en rapport avec la nature, parents et élèves ont compris qui j’étais ! Beaucoup de parents m’ont soutenue et m’ont même apportée plein d’idées pour poursuivre de beaux projets en lien avec l’environnement.

Sur Klassroom, je leur partage aussi le quotidien de leur enfant, les projets en cours, nos progrès… ça les engage aussi. La sensibilisation qui se fait à l’intérieur de ma classe irradie aussi dans les maisons. Quand nous avons cousu des mouchoirs en tissu il y a trois ans, beaucoup les ont conservé pour les utiliser en classe mais aussi chez eux. Avec Klassroom, je vais un peu plus loin, je leur poste des images, des quizz… Par exemple, pendant les vacances de la Toussaint, je me suis servie des quizz de la Mission énergie de la Fondation GoodPlanet pour commencer à parler aux élèves du thème de l’énergie sur lequel nous allons travaillé pendant la deuxième partie de l’année.

Conclusion : être écolo, c’est tellement génial et Klassroom s’est associé avec la Fondation GoodPlanet pour mon plus grand bonheur

Les fois où les parents adorent utiliser Klassroom

Je suis adepte de l’application, on l’aura compris, j’utilise presque toutes les fonctionnalités : l’appel, les devoirs, la communication aux parents que ce soit en collectif ou en privé, les demandes de rdv, la gestion des absences et des retards… Bref, pour moi c’est vraiment une application qui me sauve mon quotidien de maitresse débordée. Mais les parents en sont friands aussi ! Ils aiment le côté pratique et l’impression d’être plus proche de moi : ils peuvent me contacter à tout moment (euh on est d’accord je ne leur réponds pas jour et nuit), ils savent que j’aurais l’information très rapidement.

Depuis deux ans que je n’utilise QUE Klassroom, je trouve que les parents ont beaucoup plus tendance à me tenir informée des absences (je pense avoir augmenté mon taux de prévention d’absence de 95%, c’est plus rare que je ne sois pas informée d’une absence que l’inverse !), à me poser des questions, à me transmettre des informations sur leur enfant, sur les devoirs, les activités en classe, etc.

Conclusion : si tu veux savoir si ton élève relou sera absent, utilise Klassroom !

La fois où on a été confiné (puis encore confiné, puis encore confiné puis…)

Je n’ai jamais été aussi convaincue par Klassroom que pendant le confinement ! Quand on a appris le jeudi soir que les écoles fermaient dès le lundi, je suis restée calme (et pourtant, je suis plutôt d’un naturel angoissé !). J’avais 22 parents d’élèves élèves inscrits sur 23. Nous avons donc passé un vendredi matin tout à fait ordinaire et l’après-midi, j’ai initié mes élèves aux outils numériques que nous allions utiliser : classe-numérique et mathéros. J’ai crée un document récapitulatif pour les parents afin qu’ils sachent où me joindre : sur Klassroom !

Pendant tout le confinement, j’ai pu garder contact avec eux grâce à l’application. En passant les parents comme contributeurs, ils avaient la possibilité de poster des photos de leur confinement, des défis que je leur lançais. On a vraiment passé un super moment en tant que classe. Je ne suis pas sûre que j’aurais eu le même résultat sans Klassroom. L’implication des parents a été au top, j’ai pu être dans l’immédiateté des informations : quand une visio ne fonctionnait pas, hop je pouvais envoyer un message instantané pour donner un nouveau lien…

Conclusion : Klassroom élu meilleur anti-dépressif de prof pendant le confinement !

Conclusion de la conclusion de la conclusion : Klassroom m’a sauvée à chaque fois que je l’ai utilisé !

Et toi, tu utilises Klassroom ? Quel est le moment où l’application t’as vraiment sauvé la vie ?

Si tu ne connais pas l’application ou que tu souhaites en savoir plus, rendez-vous sur leur site internet : https://klassroom.fr

Un commentaire sur « Les fois où Klassroom m’a sauvée »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s